Auteur Sujet: Dictionn'Uke 3.0 : L'index du savoir !  (Lu 118737 fois)

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Gauge
« Réponse #75 le: 11 octobre 2015 à 18:39:41 »
Gauge: En anglais "calibre", de la corde donc, ce terme est utilisé en français pour exprimer le "tirant" de la corde déterminé par son diamètre et la tension nécessaire à l'accordage voulu.
Plus le tirant est important plus la corde est dure, le son brillant et le bout des doigts douloureux.
A l'inverse, un tirant faible donne une corde plus confortable, un son plus rond mais une projection sonore moins importante.

Retour à l'index
« Modifié: 27 janvier 2016 à 12:07:07 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Gimmick
« Réponse #76 le: 11 octobre 2015 à 18:40:09 »
Gimmick: Courte phrase musicale jouée en boucle et ponctuant la cadence.
Se dit aussi pour des petites phrases musicales un peu techniques pour faire de l'esbrouffe.
On parle alors de "tricks" ou de "Licks".

Retour à l'index
« Modifié: 20 janvier 2016 à 15:34:53 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Guitalele
« Réponse #77 le: 11 octobre 2015 à 18:40:52 »
Guitalélé: Croisement entre une guitare et un ukulélé (NB : le terme "guitalele" (sans accent) est une marque déposée par Yamaha). Les guitaleles ont la taille d'un ukulélé ténor et 6 cordes (accordées plus haut qu'une guitare, en ADGCEA).



Retour à l'index
« Modifié: 27 janvier 2016 à 12:08:24 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Guitare
« Réponse #78 le: 11 octobre 2015 à 18:41:20 »
Guitare: un genre de gros ukulélé très encombrant avec beaucoup trop de cordes. Personne n'a besoin de ça.


Retour à l'index
« Modifié: 20 janvier 2016 à 15:10:22 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Gut strings
« Réponse #79 le: 11 octobre 2015 à 18:41:55 »
Gut strings: de l'anglais "Gut" signifiant boyaux et "string" signifiant corde...
le terme "Gut strings" désigne les cordes en boyaux (de mouton, bééé oui!) qui équipaient tous les instruments, dont le ukulélé, avant l'invention du nylon.
Si ce dernier a quasiment totalement remplacé le boyau naturel aujourd'hui, certains fabricants en proposent encore.



Mais bon ça fait pas envie...

Retour à l'index
« Modifié: 08 janvier 2016 à 15:57:03 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
H
« Réponse #80 le: 11 octobre 2015 à 18:42:47 »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Hammer-on
« Réponse #81 le: 11 octobre 2015 à 18:43:33 »
Hammer-on:"martelé sur", (de hammer, marteau en anglais) est une technique de jeu de la main gauche enfin... celle qui est sur le manche...), et consiste à frapper verticalement une corde sur la touche après l'avoir attaquée et faite entrer en vibration. La note ainsi jouée par martèlement est une note plus aiguë que la précédente. Cet effet est représenté par un symbole de legato entre les deux notes sur la portée et par un H sur les tablatures.

La technique opposée est le pull-off.



Retour à l'index
« Modifié: 29 janvier 2016 à 12:11:14 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Hanche
« Réponse #82 le: 11 octobre 2015 à 18:44:09 »
Hanche: Courbe concave de l'éclisse, zone la moins large de la caisse.


Retour à l'index
« Modifié: 20 janvier 2016 à 16:22:00 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Histoire
« Réponse #83 le: 11 octobre 2015 à 18:44:39 »
Histoire:

Bon, zou, je vous donne le fruit de quelques agréables soirées de recherches... Au moment où le DD se montait, j'ai proposé, un peu bêtement, d'écrire une rapide histoire de l'uke, sans rien y connaitre. Dans ma tête, j'allais passer une soirée à traduire quelques articles Wikipédia et ça irait bien. Puis, de déterrage en déterrage, nous voilà un mois et demi plus tard et j'ai l'impression d'avoir à peine grattouillé la surface. Alors pour le moment, je m'arrête à la "première vague", jusque dans les années 30.

J'ai bien vu que des érudits traînaient par là... Si je raconte des conneries, il faut me corriger, de même pour les oublis (mais ne jetez pas les cailloux trop fort).

Notre histoire débute en 1879, quand un bateau portuguais, le Ravenscrag, débarque à Hawaii 400 personnes. Parmi elles, on trouve trois luthiers : Manuel Nunes, José do Espírito Santo et Augusto Dias. Ceux-ci, à force de bidouiller les instruments traditionnels portuguais (carvaquinhos, braginhas, machete et autres rajao), arrivent à une nouveauté à 4 cordes, qui sera finalement baptisée ukulélé.


De gauche à droite, Monsieur Nunes et son blason, un ukulélé de monsieur Santo (dont je n'ai pas trouvé de photo) et son étiquette, et monsieur Dias et un de ses ukulélés.


Cette création originale intéresse beaucoup le dernier roi d’Hawaii, David Kalākua (le King David, comme dans, comme dans ? Oui, comme dans King David Ukulele Station, bravo les deux du fond qui suivent !).


C'est lui, le roi David.


Celui-ci, passionné de musique et cherchant à donner un coup le fouet au rayonnement culturel hawaïen, va promouvoir l’ukulélé comme un instrument traditionnel. La famille royale, puis le reste de la population, se met rapidement à l’ukulélé.

En 1898, les Etats-Unis annexent la République d’Hawaii… et découvrent l’ukulélé par la même occasion. A l’exposition Panama Pacific, qui se tient en 1915 à San Francisco, George E. K. Awai et son Royal Hawaiian Quartet, ainsi que Jonah Kumalae, luthier et musicien, font partie des attractions du pavillon hawaïen.





Ici, monsieur Kumalae, ses ukulélés et son orchestre; G.E.K. Awai (au centre) et son orchestre, le pavillon hawaïen.


17 millions de visiteurs plus tard, la folie ukulélé a contaminé l'ensemble des USA: les Kumalae partent comme des petits pains, et l’ukulélé se répand dans les orchestres, mais aussi chez les amateurs. Tout le monde veut apprendre à en jouer! Ça tombe bien, la première méthode, celle d’Ernest K. KaaiThe Ukulele, A Hawaiian Guitar and How to Play It ») est disponible depuis 1906.




Une illustration de L. M. Glackens dans le New York Tribune du 5 novembre 1916 : "Ukulele Square, the Hawaiian Quarter of New York". (Je crois qu'il se moque un peu)



Une publicité dans le Seattle star du 20 août 1917;Monsieur Kaai et sa publicité dans le Honolulu star bulletin du 12 octobre 1917.


Même Edward, prince de Galles, gratouille son ukulélé Harmony custom, avec son blason plaqué or dessus.



Je n'ai pas trouvé de photo de l'ukulélé plaqué or du prince Edward, alors voici une photo de remplacement, pour vous prouver que si les Princes de Galles passent, les ukulélés restent.

Les fabricants américains de guitares (Martin, Regal ou Harmony, par exemple… des noms un peu familiers non ?) ont bien flairé le filon, et se mettent eux aussi à construire des ukulélés. Les luthiers hawaiiens travaillent eux aussi d’arrache-pied et l’apprenti de Nunes, Sam Kamaka, invente la forme pineapple en 1927. Il vend entre 300 et 400 ukulélés par mois, Harmony dix fois plus (500 000, en 1931).

   

Martin en Koa des années 20, une publicité pour un Martin Style 5, et un Style 0 des années 1940.


   

Les Martin n'étaient pas donnés, déjà à l'époque... Harmony représentait une alternative moins chère, et, il faut l'avouer, bien plus funky. Harmony produit aussi les Vita, en forme de poire.


 

Un Regal censément de 1919; un autre, plus facile à dater, de 1942.


Trois grands, grands noms de l’ukulélé sont actifs dans ces années 1920-1940.

Deux Ricains :
et Et l'anglais
  • George Formby, créateur de strums originaux, qui a popularisé en Grande-Bretagne le banjolélé (Ici, une petite chanson pleine de strums bizarres).

En France aussi, l’ukulélé se répand (même si on est un peu hésitant sur l’orthographe de la bestiole). Des revendeurs comme Salabert ou Beuscher sous-traitent leur production aux luthiers vosgiens de Mirecourt. Salabert s’offre même le luxe de faire sponsoriser sa méthode d’ukulélé (sortie en 1925) par Maurice Chevalier. Autre luthier (lutheron ?) vosgien, Patenotte n’a pas reçu le mémo sur les cordes en nylon, du coup ça sonne rigolo. Gelas brevette quant à lui des ukulélés à double table pour en améliorer la projection.



L'ukulélé Salabert d'Uncle, et la méthode Salabert sponsorisée par Maurice Chavalier. En bas, un catalogue Beuscher des années 20, montrant un ukulélé à table bicolore et à l'orthographe hésistante.
Pour entendre le Salabert de Mon Onc' en action, c'est ICI


Gélas à double table et Patenotte.
Pour entendre un Gélas, c'est ICI
Pour entendre un Patenotte, c'est LA (ou sur l'intro de Bijou, de Thomas Fersen, que j'ai pas trouvée onlaïne)


Et puis, petit à petit, entre la Grande Dépression et la montée en puissance de la guitare (surtout électrique), la popularité et les ventes d’ukulélé chutent…

...Jusqu’aux années 1950, pendant lesquelles Arthur Godfrey, un animateur de télévision et de radio très populaire aux US (40 millions de fans, sur 150 millions de Ricains à l’époque, c’est tout de même pas mal), est un fou d’ukulélé et en joue régulièrement dans ses émissions. Il y vend un peu de tout aussi, de la soupe en boite aux pastilles digestives.


Monsieur Godfrey est parfois crédité comme le Jiminy Cricket ayant soufflé l'idée du baryton, mais c'est disputé)

Ici, on peut voir Arthur Godfrey jouer du baryton (ton ton ton) dans son émission (sion sion sion).

A la même époque, Mario Maccaferri, luthier de son état, s’ennuie un peu après avoir inventé la guitare manouche Selmer-Maccaferri, et commence à investir dans le production de machins divers et variés en plastique.

Et un beau jour, les deux se rencontrent au bord d’une piscine californienne, jouent quelques chansons ensemble, et le pauvre Arthur se lamente sur le manque d’ukulélés sympas en cette sombre période -il pense que, si quelqu'un en sortait un, il pourrait en vendre des tas et des tas.

Evidemment, ça ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd: Mario, qui a déjà commencé à réfléchir à la production d’instruments en plastoc, sort un ukulélé en styron avec des cordes en nylon, l’Islander.


A droite, en haut, divers modèles d'Islander; en bas, Mario Maccaferri fait la démonstration éclatante de l'amphibie de ses ukulélés.
Outre les ukulélés, il a également commis des banjolélés (à gauche)

Entre Arthur Godfrey et l'Islander, c’est le love at first sight. Quand il commence à faire de la réclame pour les ukulélés Macafferi, les ventes explosent… 20 ans plus tard, 9 millions d’ukulélés Macafferi trainent un peu partout.


Bon, pour tout savoir sur les ukes en plastoc (mais, genre, vraiment tout), le site d'un cingl... érudit extrêmement passionné : Chordmaster


Retour à l'index
« Modifié: 01 février 2016 à 20:28:16 par Gatchan »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Islander
« Réponse #84 le: 11 octobre 2015 à 18:45:10 »
Islander: Ukulélé en plastique inventé dans les années 1950 par Mario Maccaferri (le même que les guitares Selmer, oui).



Pour tout savoir sur les Islander, c'est sur l'excellent Chordmaster.

Retour à l'index
« Modifié: 19 janvier 2016 à 10:45:52 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Jazzbox
« Réponse #85 le: 11 octobre 2015 à 18:45:57 »
Jazzbox: Désigne la forme particulière d'Ukulélés Archtop à caisse creuse et large, table bombée, chevalet flottant, cordier et, le plus souvent, ouïes de violon et généralement utilisés en musique Jazz...



Retour à l'index
« Modifié: 06 février 2016 à 18:10:48 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Jeu thème
« Réponse #86 le: 11 octobre 2015 à 18:46:31 »
Jeu thème: Géniale invention permettant à tous et toutes de transcender leur pratique ukulelistique
Incontournable rendez vous mensuel ->ICI<-

Retour à l'index
« Modifié: 11 octobre 2015 à 19:19:53 par Gatchan »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Kamaka
« Réponse #87 le: 11 octobre 2015 à 18:47:04 »
Kamaka:Marque de Ukulélés fondée par Samuel Kaialiilii Kamaka, ancien apprenti de Manuel Nunez (un des trois "pères" du ukulélé, à Honolulu en 1916.
Probablement la plus authentique fabrique de ukulélés d'Hawaii.




Retour à l'index
« Modifié: 22 janvier 2016 à 13:54:34 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Koa
« Réponse #88 le: 11 octobre 2015 à 18:47:29 »
Koa: Variété d'acacia endemique d'Hawaii dont le bois est utilisé (entre autres) pour la fabrication de Ukulélés.





Retour à l'index
« Modifié: 22 janvier 2016 à 14:05:04 par Benkalele »

Gatchan

  • Modérateur local
  • Concert
  • Messages: 1 077
  • Cariboute éthyloportée
Lick
« Réponse #89 le: 30 octobre 2015 à 19:59:04 »
Lick: petite phrase musicale toute prête que l'on peut glisser n'importe où pour enrichir des improvisations...
Il en existe des milliers et plus on en connait plus on peut se la pêter en société à moindre frais...

Retour à l'index
« Modifié: 22 janvier 2016 à 15:48:45 par Benkalele »