Auteur Sujet: Okinawa ukulele exhibition  (Lu 802 fois)

Sebukulele

  • Soprano
  • Messages: 303
  • La lumière s’adoucit le vent caresse les vagues
    • Sebukulele
Okinawa ukulele exhibition
« le: 10 février 2024 à 19:38:56 »
Tout un programme! Ça donne envie!
i=SfNLQL1a7jOEywTS[/youtube]
facebook&insta > sebukulele & anneetlesloups
YouTube @sebukulele @anneetlesloups
sebukulele.blogspot.fr

bernie

  • Modérateur global
  • Baryton
  • Messages: 25 352
    • Rendev'Uke à Paris
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #1 le: 10 février 2024 à 20:47:17 »
très chouette vidéo !
enthousiasme & talent

merci pour le partage  :top:

della

  • Soprano
  • Messages: 65
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #2 le: 11 février 2024 à 09:24:50 »
Merci pour la vidéo!

Mais comment c'est développé le binôme ukulele/Japon?

Le Japon est encore connu aujourd’hui pour produire des instruments de bonne à excellente qualité. On sait comment le ukulélé a souvent connu une diffusion très importante au niveau socio-économique : importé à Hawaï par des immigrants portuguais (quand il ne s'appelait pas encore ukulélé), il a ensuite envahi les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne (où il qui ont fortement influencé la culture musicale) et, plus récemment, le Canada et la France.

Quelle force sociale et culturelle notre petit bonhomme a ! Au Pays du Soleil Levant, le ukulélé est encore aujourd'hui un instrument très important et joué et il y a des raisons historiques précises derrière cette réalité.

Vers 1885, environ 200 000 Japonais s'installèrent à Hawaï, principalement pour travailler dans les plantations de canne à sucre en plein essor à l'époque.

C’est en 1898 que les États-Unis, sous la forte influence de l’industrie agroalimentaire, mettent en œuvre l’annexion d’Hawaï à la constellation USA. Dans les années 1920 et 1930, les enfants de nombreux immigrants japonais retournèrent au Japon pour échapper aux graves problèmes d'intégration apparus sur leur île d'adoption, devenue un État américain. Beaucoup de ces enfants d’émigrants, en souvenir des années passées à Hawaï, ont emporté avec eux le petit instrument. À partir de ces années-là, le ukulélé a commencé à gagner en popularité et à se répandre largement au Japon.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Japon a dû reconstruire non seulement ses villes et son économie dévastée, mais aussi ses relations avec les États-Unis. Dans ce contexte, le ukulélé a joué un rôle important dans la réconciliation en favorisant de nombreux ponts culturels entre les deux nations. Le ukulélé représentait également un symbole de joie et d’insouciance dans la société japonaise, contribuant à apaiser les blessures de la guerre et à stimuler un sentiment d’optimisme et d’espoir pour l’avenir. La musique hawaïenne jouée au ukulélé offrait une alternative aux ambiances lourdes de la reconstruction d'après-guerre, apportant un peu de légèreté et de sérénité dans la vie des gens. Malgré les difficultés de l'après-guerre, la culture hawaïenne importée par les anciens émigrés avait entre-temps prospéré au Japon.

Dans les années 1950, plus de 4 500 groupes musicaux sont nés et ont commencé à interpréter la musique traditionnelle hawaïenne au Japon. De nombreux artisans spécialisés dans la production d’instruments à cordes japonais traditionnels se sont tournés vers la fabrication de ukulélés. La demande est devenue si importante que même Toshiba a développé son propre catalogue.

De plus, le ukulélé a joué un rôle de médiateur culturel, favorisant l’échange et l’incorporation d’éléments de la culture hawaïenne dans la société japonaise. La diffusion de groupes musicaux basés sur le ukulélé a alimenté l'intérêt pour la culture hawaïenne, notamment les danses traditionnelles, les costumes et autres expressions artistiques. Cela a conduit à la naissance d'une sous-culture hawaïenne au Japon, qui a contribué à la diversification du paysage culturel du pays. D'un point de vue sociopolitique, le ukulélé a joué un rôle important dans la promotion de relations positives entre le Japon et les États-Unis. Grâce à sa popularité aux USA, l’instrument a facilité les échanges culturels entre les deux nations, offrant un terrain d’entente sur lequel construire des liens et une compréhension mutuelle.
Gubib Guitars "Settecento", concert - Brüko, soprano n. 05, n. 03 et bariton n. 16 - Baton Rouge, tenor UR71-T - "Smoke On The Water" soprano, m. in Japan, vintage

https://www.facebook.com/FilandaUkuleleClubBand
https://www.facebook.com/dsoundacoustic
https://gubibguitars.ch/ukulele-n18-settecento

Briuke

  • Concert
  • Messages: 1 073
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #3 le: 11 février 2024 à 10:45:12 »
Passionnantes vos collaborations, merci

Sebukulele

  • Soprano
  • Messages: 303
  • La lumière s’adoucit le vent caresse les vagues
    • Sebukulele
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #4 le: 11 février 2024 à 11:10:44 »
Belle plume Della. Comme en France ou au Royaume Uni, le ukulele occupe dorénavant un rôle de lien social avec ses nombreux clubs ou collectifs. Il y a un aspect business non négligeable mais plein de volonté de s’entraider ou d’aider les autres comme l’organisation d’événements gratuits ou caritatifs. C’est un courant international qui prend la sombre évolution du monde à revers. Le Japon est aussi simplement plus proche d’Hawaï qui véhicule un archétype de paradis terrestre allant au-delà du ukulélé. Partir en vacances à Hawaï était très courant dans la société japonaise et plein de voyageurs sont revenus avec des magnifiques ukulélés dans leur bagages et ont commencé à gratter ou pas. Les choses ont changé maintenant car Hawaï est devenu trod chère : elle est donc réservé aux plus riches. Le prix des Kamaka a d’ailleurs plus que doublé en 4 ans ce qui illustre bien mon propos. Je pense que ce n’est pas un hasard si cette expo est organisée à Okinawa. Je connais des japonais qui rêvaient d’aller à Hawaï et qui ne peuvent plus. Ils vont donc à Okinawa pour profiter de ses magnifiques plages. Côté ukulélés, je pense que les marques japonaises sont aussi bonnes que les meilleures marques hawaïennes. Personnellement, je n’ai plus que des ukulélés made in Japan ou made in Hawaii (USA c’est super aussi). Je les adore, les bichonne et les use!
facebook&insta > sebukulele & anneetlesloups
YouTube @sebukulele @anneetlesloups
sebukulele.blogspot.fr

Em6

  • Baryton
  • Messages: 9 733
  • real men play soprano
    • La Petite Boutique
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #5 le: 12 février 2024 à 08:57:51 »
Merci à vous deux de nous partager vos lumières et cette culture du bout du monde ;-)
Bras dessus, bras dessous. Le uke c'est fou ;-)
ma chaine Youtube

della

  • Soprano
  • Messages: 65
Re : Okinawa ukulele exhibition
« Réponse #6 le: 12 février 2024 à 11:22:39 »
Belle plume Della. Comme en France ou au Royaume Uni, le ukulele occupe dorénavant un rôle de lien social avec ses nombreux clubs ou collectifs. Il y a un aspect business non négligeable mais plein de volonté de s’entraider ou d’aider les autres comme l’organisation d’événements gratuits ou caritatifs. C’est un courant international qui prend la sombre évolution du monde à revers. Le Japon est aussi simplement plus proche d’Hawaï qui véhicule un archétype de paradis terrestre allant au-delà du ukulélé. Partir en vacances à Hawaï était très courant dans la société japonaise et plein de voyageurs sont revenus avec des magnifiques ukulélés dans leur bagages et ont commencé à gratter ou pas. Les choses ont changé maintenant car Hawaï est devenu trod chère : elle est donc réservé aux plus riches. Le prix des Kamaka a d’ailleurs plus que doublé en 4 ans ce qui illustre bien mon propos. Je pense que ce n’est pas un hasard si cette expo est organisée à Okinawa. Je connais des japonais qui rêvaient d’aller à Hawaï et qui ne peuvent plus. Ils vont donc à Okinawa pour profiter de ses magnifiques plages. Côté ukulélés, je pense que les marques japonaises sont aussi bonnes que les meilleures marques hawaïennes. Personnellement, je n’ai plus que des ukulélés made in Japan ou made in Hawaii (USA c’est super aussi). Je les adore, les bichonne et les use!


Merci! Le français n'est pas ma langue maternelle et donc ça me fait doublement plaisir...
Personnellement, je me suis intéressé au Japon car j'ai trouvé ici, en Suisse, un beau soprano fabriquée là bas et importée et vendu par un grossiste local probablement dans les années 1970. J'ai donc eu envie d'approfondir cette partie de l'histoire japonaise en liaison avec le ukulélé... Concernant les aspects socioculturels véhiculés par notre petit ami, chez nous (Suisse italophone), nous n'avons pas assisté au développement de groupes, de festivals, d'activités liées au ukulélé etc. que vous, en France, avez développé fil des années. Malheureusement, même la proximité de l’Italie (qui connaît de nombreuses initiatives dans ce sens) ne nous a pas influencés. Ici au Tessin (petit triangle italophone coincé dans la grande Lombardie) c'est le désert. Je m'engage personnellement depuis maintenant deux ans avec un cours gratuit pour débutants (une vingtaine de personnes) avec l'espoir que cela devienne un jour un groupe, un club, ou autrechose... Mille excuses à Sebukulele d'avoir pollué son post sur le pays du soleil levant...
Gubib Guitars "Settecento", concert - Brüko, soprano n. 05, n. 03 et bariton n. 16 - Baton Rouge, tenor UR71-T - "Smoke On The Water" soprano, m. in Japan, vintage

https://www.facebook.com/FilandaUkuleleClubBand
https://www.facebook.com/dsoundacoustic
https://gubibguitars.ch/ukulele-n18-settecento